Tuesday, 21 September 2010

Jujubier, cicourlier, guindanlier, datte de Chine ...


Famille des Rhamnacées
Genre Ziziphus (Linné), de Zizouf, le nom arabe du Z. Lotus

Le Jujubier est originaire de la Chine septentrionale. De là il avait été apporté dans l’Asie Occidentale 2500 ou 3000 ans avant l’ère Chrétienne, puis en Occident dans la région méditerranéenne où il se serait naturalisé.

Transporté de Syrie à Rome sous l’Empereur Auguste, son aire en Méditerranée correspond à celui de l’Olivier. De fait, sa culture en France date de la conquête Romaine.

Ensuite, il s'est répandu en Algérie, Tunisie, Italie, Espagne et partout dans l’Europe Méridionale, sans parler du Proche-Orient.

En France, on trouve localement des cultures résiduelles surtout en Provence, dans le Languedoc et le Roussillon. Dans le Midi on lui donne le nom de cicourlier, de guindanlier ou de Datte de Chine.

C'est un arbuste de 5-6 mètres de hauteur, ou un petit arbre, à brindilles grêles, effilées, verdâtres, glabres, souvent épineuse (les variétés chinoises sont inermes). De la famille des rhamnacées, cet arbre drageonne beaucoup. Les vieux sujets ont un tronc crevassé. Le feuillage et le port de cet arbre contribuent à lui donner un aspect exotique.

Feuilles : caduques, alternes, ovale-oblongues, glabres sur les deux faces, finement dentelées.

Fleurs : petites, jaunâtres, axillaires, fasciculées. Bisexuelles, fleurissant en juin-juillet .

Fruit : ovoïde-oblong, ayant la forme et la grosseur d’une belle olive d’abord vert, puis jaune et enfin rouge foncé à la maturité, à noyau osseux. La pulpe est épaisse, d’un rouge jaunâtre un peu glutineuse, à saveur sucrée et fade. Maturité septembre octobre.
La fructification commence dès la quatrième année ; l’arbre est en plein rendement vers l’âge de quinze ans;
Les conditions climatiques du Midi de la France lui conviennent parfaitement.
Les arbres du Midi, notamment ceux que l’on rencontre aux environs d’Aubagne ne produisent que de petits fruits, contrairement à ceux que l’on cultive en Chine sur une grande échelle.

Le Jujubier est peu exigeant. Cet arbrisseau a une croissance très lente, c’est son principal inconvénient. Son rendement est donc tardif. Pour accélérer sa croissance, il est nécessaire d’améliorer le sol. Dans sa prime jeunesse le jujubier exige des arrosages copieux et des engrais organiques azotés.
En prenant de l’âge, il résiste bien à la sécheresse.
La jujube a une saveur doucâtre, un gout de pomme blette.

Un vieux monsieur m'a raconté que enfant, ses parents étaient trop pauvres pour lui offrir des bonbons, il allait à l'école les poches pleines de jujubes. Il avait tellement honte des manger ses jujubes devant les autres enfants que lorsqu'il a hérité des terres de ses parents il abattu le jujubier ...

En Tunisie pour le Séder de Roch Hachanah il y a des jujubes sur la table, c'est ainsi que j'ai découvert (à Paris) la saveur des jujubes. Quand nous sommes arrivés à Lorgues, j'ai planté un jujubier et j'ai découvert avec ravissement qu'il y a des jujubiers sur le terrain abandonné au dessus de chez nous.
Bibliographie : fruits oubliés

No comments:

Post a Comment

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...